Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

« SUR LES TRACES DE GABRIELLE ROY - ISMÈNE TOUSSAINT SIGNE UN SECOND LIVRE SUR LA CÉLÈBRE AUTEURE DE BONHEUR D'OCCASION », PAR FRANCINE BEAUDOUIN, LA VOIX DE L'EST, GRANBY, QUÉBEC (2004)


Gabrielle Roy en 1945 (36 ans)

SUR LES TRACES DE GABRIELLE ROY
ISMÈNE TOUSSAINT SIGNE UN SECOND LIVRE SUR LA CÉLÈBRE AUTEURE DE BONHEUR D'OCCASION

PAR FRANCINE BEAUDOUIN, LA VOIX DE L'EST (2004)

Il y a cinq ans, Ismène Toussaint nous offrait Les Chemins secrets de Gabrielle Roy – Témoins d’occasions chez Stanké, qui fut un best-seller. Avec Les Chemins retrouvés de Gabrielle Roy – Témoins d’occasions au Québec, toujours chez le même éditeur, l’auteure du Lac Brome, originaire de Bretagne, poursuit une exploration entreprise il y a maintenant quinze ans sur les traces de la grande écrivaine issue des vastes plaines.

« J’ai rencontré une femme vivante, raconte-t-elle. Il y a des morts qui rayonnent beaucoup plus que certains vivants. »

Pourtant, Ismène Toussaint n’était pas tombée en amour à sa première lecture d’un roman de Gabrielle Roy. L’étudiante de l’Université de Rennes avait bien noté les qualités de style de La Route d’Altamont mais l’histoire l’avait laissée de glace. Aussi ne fut-elle pas emballée quand on lui a suggéré de faire de cette écrivaine son sujet de thèse de doctorat. Peut-être aurait-elle jeté son dévolu sur Mohamed Dib, écrivain algérien qui vit en France, si la situation politique maghrébine ne lui était apparue aussi explosive.

Mais voilà qu’après avoir lu l’œuvre entière de Gabrielle Roy, elle est « accrochée ». Après l’avoir connue « à travers ses livres », elle veut en savoir plus. Et, en 1989, elle s’installe au Manitoba.

C’est peu de dire qu’elle a pris le pouls de cette contrée. Elle semble s’en être imprégnée. Car en plus de rencontrer tous ceux qui pouvaient lui parler de la grande écrivaine – des gens de sa famille, des camarades de classe, des collègues de travail, des amis –, elle s’est grandement intéressée à la condition des Métis dont elle a épousé la cause. Elle a d’ailleurs publié Louis Riel, Le Bison de cristal, en 2000, hommage lui ayant valu la Plume d’aigle métisse du Manitoba.

Quand elle a quitté Saint-Boniface, après quatre ans, elle semble y avoir laissé un peu de son cœur… à l’image de l’auteure de Bonheur d’occasion

S’INSTALLER AU QUÉBEC POUR VIVRE DE SA PLUME

Mais, elle le dit sans ambages, il lui fallait venir au Québec si elle voulait vivre de sa plume. Ce qu’elle fait, à partir de son havre de paix, à Lac-Brome, de plusieurs façons. Elle écrit dans diverses revues, dont L’Action nationale et L’Action indépendantiste, participe à des émissions de radio et de télé, et donne des conférences.

L’an dernier, elle publiait une traduction-adaptation du roman historique Les Réfugiés de Sir Arthur Conan Doyle (saviez-vous que le père de Sherlock Holmes est souvent venu au Canada pour écrire ce livre ?) Et actuellement, elle prépare l’édition du Journal intime de Louis Riel.

Gabrielle Roy, cette « femme multiple, tissu moiré, chatoyant, reflétant une foule d’états d’âmes, mélange d’enthousiasme et de frustration » l’a entraînée dans un univers devenu le sien. Tant et si bien qu’elle se voit maintenant comme une « auteure de l’Ouest » !

Ismène Toussaint a mis près de quatre ans à retracer les chemins parcourus par Gabrielle Roy pendant les quarante-quatre années de sa vie au Québec, où « elle n’a jamais réussi à trouver un point d’ancrage ». De Montréal à Petite-Rivière-Saint-François, en passant par Rawdon, Percé, Port-Daniel et Québec, elle a voulu expliquer « le rapport avec les lieux où elle a vécu », ces endroits et ces rencontres qui l’ont façonnée !

Qu’une Bretonne ayant pris racine au Manitoba avant de venir s’installer chez nous nous propose ce voyage est tout simplement remarquable et fascinant.

Article paru le 2 octobre 2004 dans La Voix de l'Est, Granby, Québec, vol.70, n°87, p. 46. 

 
Francine Beaudouin

 

 

© Francine Beaudouin - La Voix de l'Est -
Photo en bas : granbyweb.com -


Haut de la page

Administration