Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

« TOUR DE BRETAGNE CYCLISTE - UNE PIONNIÈRE DU CYCLISME FÉMININ : ARMELLE CAVAN-LE MOULLEC », PAR ISMÈNE TOUSSAINT, JOURNAL L'ÉCHO DE L'ARMOR ET L'ARGOAT, FRANCE (1991)

TOUR DE FRANCE 2013 - 100 ANS DE CYCLISME

TOUR DE BRETAGNE -
UNE PIONNIÈRE DU CYCLISME FÉMININ : ARMELLE CAVAN-LE MOULLEC

PAR ISMÈNE TOUSSAINT, L'ÉCHO DE L'ARMOR ET L'ARGOAT (1991)

À l'occasion du Trophée féminin de la Piste, organisé par le Championnat cycliste féminin des Côtes d'Armor (présence des championnes du monde juniors et seniors, et des Bretonnes), qui se disputait le 12 juillet dernier au vélodrome de Saint-Brieuc, quelques-uns ont évoqué le souvenir d'une ancienne gloire du cyclisme costérois1 : Armelle Cavan-Le Moullec.

Née à Pabu (même région) en 1928, de parents eux-mêmes très sportifs - son père était lutteur breton et sa mère, la meilleure joueuse de tennis de l'École Normale d'institutrices -, Armelle Cavan manifeste dans sa jeunesse des aptitudes telles qu'elle se destine très tôt à une carrière dans l'éducation physique. La guerre viendra malheureusement briser son rêve... Mais la fin du conflit ayant marqué les débuts du cyclisme féminin, c'est dans cette nouvelle discipline qu'elle s'illustrera, devenant, selon une expression de l'époque, « une des plus fines pédales de notre région ».

Qui a dit que le cyclisme, sport exigeant une volonté de fer et une résistance physique au-dessus de la moyenne, était réservé aux hommes et que les femmes ont dû conquérir de haute lutte le droit de s'y faire reconnaître et apprécier ? Pas les cyclistes bretonnes en tout cas ! Dès 1946, elles étaient une dizaine parmi les soixante-dix inscrites à l'Union cycliste briochine2 à se lancer à l'assaut des pistes, des routes et des côtes les plus rebutantes du département.

« Nous étions très bien considérées par nos homologues masculins, confie l'intéressée. D'ailleurs, ils nous faisaient office de managers. Personnellement, c'est mon frère, Yves Cavan3, champion des Côtes-du-Nord4 de cyclocross et champion de Bretagne sur route en 1941, qui assurait mon entraînement. Et nous jouissions de la même popularité que les hommes auprès du public. »

Saint-Brieuc, Quintin, Rennes, Brest, Pontchâteau, mais aussi Nantes, Saint-Étienne, Le Vel'd'Hiv... À l'exemple de ses coéquipières Lucette Lauck, championne de France, Élaine Bonneau, recordwoman du monde de vitesse, et Margaret Sutcliff, recordwoman de l'heure, Armelle Cavan est de toutes les courses, de toutes les épreuves, se classant toujours honorablement ou remportant victoires et trophées, jusqu'au titre de championne de Bretagne sur route.

Mais alors qu'elle s'entraîne en vue des championnats de France et que des invitations commencent à lui parvenir de l'étranger, la jeune femme, brusquement, se retire de la course... C'est qu'elle vient de rencontrer Pierre Le Moullec5, lui aussi champion de Bretagne de vitesse sur route et sur piste en 1949, 1951 et 1955. Quand le cœur se prend dans les rayons d'une bicyclette...

Elle l'épouse en 1951 et dès lors, se consacre à son travail6 et à l'éducation de son premier enfant, Pierre, aujourd'hui bien connu sous le nom de « Petit Pierre » dans la région Guingamp-Lannion, qui jouera en 3e division au Stade briochin avant de devenir à son tour champion de ball-trap.

Et à présent, qu'en est-il de la petite reine de la pédale et du guidon que même certains coureurs n'arrivaient pas à suivre ?, selon les dires admiratifs d'une ancienne spectatrice. Demeurant dans la région de Pommerit-le-Vicomte, Armelle Cavan-Le Moullec avoue « se passionner toujours pour tous les sports, en particulier le tennis ». Pas vraiment nostalgique du bitume ni de la foule scandant son nom ni des bouquets de fleurs. Pourtant, il lui arrive parfois d'exhumer ses « archives », comme elle les appelle, articles et photos, pour le plaisir de ses petits-enfants, surtout de Jérôme, dont on commencerait à chuchoter les mérites sur les courts de tennis armoricains...

Article paru en juillet 1991 dans L'Écho de l'Armor et de l'Argoat, Guingamp, France.

NOTES

1. Du département des Côtes d'Armor.

2. De la ville de Saint-Brieuc.

3. Yves Cavan (1921-2015). Cycliste breton. Né à Hénanbihen (département des Côtes d'Armor), il se qualifia entre la fin des années 1930 et le début des années 1940 comme « meilleur coureur cycliste amateur toutes catégories » et en 1941, comme champion de Bretagne de vitesse sur route. Mais en 1942, il abandonna la course, bien que le célèbre Louison Bobet lui ait proposé de devenir son coéquipier, arguant du fait qu'il était « trop individualiste » et aussi qu'il « souffrirait du mal du pays s'il allait effectuer des stages d'entraînement en dehors de la Bretagne ». Il ouvrit un magasin de vente et de réparation de cycles à Trémuson (même département), et jusqu'à un âge fort avancé, s'illustra comme champion de pêche au saumon de rivière. 

4. Ancien nom du département des Côtes d'Armor.

5. Voir l'article d'Ismène Toussaint, « Tour de Bretagne cycliste - Anniversaire : Il y a un peu plus d'un an, disparaissait Pierre Le Moullec, ancien chamption de Bretagne de cyclisme », dans l'espace central de ce site.

6. Elle tenait un magasin d'électroménager avec son mari à Pontrieux (Côtes d'Armor). Ele est décédée en 2013.

 

 

 

 

© Ismène Toussaint - L'Écho de l'Armor et l'Argoat -
Photo : babelouedstory.com -


Haut de la page

Administration