Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

ISMÈNE TOUSSAINT, AUTEURE

Blason modernisé des Toussaint

ISMÈNE TOUSSAINT, AUTEURE

PAR L'ASSOCIATION DES ÉCRIVAINS FRANCOPHONES DE L'OUEST CANADIEN

Née à Saint-Brieuc, en Bretagne, Ismène Toussaint écrit et publie dans des journaux depuis son plus jeune âge. Après des études de lettres et de musique à l’Université de Rennes II Haute-Bretagne et un séjour de recherches à Paris, elle enseigne le français deux ans durant dans  un lycée-collège de sa ville natale. Puis elle devient journaliste, chroniqueuse littéraire et artistique, enfin chef de rédaction d’un hebdomadaire régional, La Liberté.

En 1989 et 1991, lauréate d’un concours de recherche organisé par le Ministère des Affaires étrangères et le Conseil international des Études canadiennes (CIEC), en collaboration avec le Centre culturel canadien de Paris, elle part au Manitoba (province centrale du Canada) effectuer un doctorat de lettres françaises, québécoises et canadiennes-françaises sur L’Homme et la nature dans l’œuvre de Gabrielle Roy.

Considérant le Manitoba comme son second pays, elle œuvre pour la défense et le rayonnement de la communauté franco-manitobaine et métisse. Bouleversée par le personnage de Louis Riel (1844-1885), chef métis ayant été injustement pendu par les autorités fédérales canadiennes-anglaises pour avoir défendu les droits de ses compatriotes, elle devient son enfant spirituelle et effectuera notamment une campagne d’articles visant à mieux faire connaître sa personnalité bafouée et son œuvre littéraire méconnue.

Après avoir exercé divers métiers au Manitoba, elle reprend ses activités journalistiques, travaille dans l’édition, puis décide de se consacrer à l’écriture.

Vivant entre le Québec et la France depuis fin 1998, elle a publié de nombreux articles dans la presse écrite et électronique : Le Journal de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, L’Action nationale, La Nation Autochtone du Québec, Québec un pays, Les Patriotes de Saint-Eustache, Le Rond-Point des Sciences humaines, Vigile, La Liberté du Manitoba, Le Moustique de Colombie-Britannique.

Elle est également l’auteure de plusieurs ouvrages : Les Chemins secrets de Gabrielle Roy – Témoins d’occasions (Éditions Stanké, 1999), un recueil d'essais et de témoignages de Manitobains ayant connu la romancière ; Louis Riel, le Bison de cristal (2000), un hommage et reportage historique ; une traduction-adaptation des Réfugiés (2003), un roman historique de Sir Arthur Conan Doyle ; Les Chemins retrouvés de Gabrielle Roy – Témoins d’occasions au Québec (2004) ; Louis Riel, Journaux de guerre et de prison, suivis de Chronologie métisse 1604-2006 (2005) ; Gabrielle Roy et le nationalisme québécois (2006, Jacques Lanctôt Editeur) ; Gabriel Dumont : Souvenirs de résistance d’un immortel de l’Ouest (avec Denis Combet, Éditions Cornac-Brûlé, 2009) ; et Louis Riel et le Québec (à paraître). Elle a également collaboré à L’Encyclopédie du Canada 2000 — où la littérature et les auteurs canadiens-français de l’Ouest et métis ont fait pour la première fois leur entrée dans un ouvrage de référence —, participé à des émissions de radio, de télévision, et donné des conférences.

Plusieurs distinctions sont venues récompenser son parcours et ses succès de librairie, parmi lesquelles les Bourses du Conseil international des Études canadiennes ; le Certificat du Conseil international des Études canadiennes ; la Sélection de la Maison de la presse internationale ; le grand prix de journalisme André-Laurendeau ; le Certificat d’Histoire nationale du Québec la Plume d’Aigle métisse du Manitoba ;  la Plume d'outarde de la création. En 2009, à l'occasion du lancement d'un de ses livres, elle a été reconnue comme « l'un des meilleurs auteurs de la Nation québécoise ». En outre, ses ouvrages ont été plébiscités au Canada anglais et aux États-Unis, notamment par la prestigieuse History Cooperative.

Tout en écrivant un cycle romanesque d'époque, La Maîtresse d'école (Les Éditeurs Réunis, 2015-2017), qui figure actuellement parmi les best-sellers au Québec et au Canada francophone, elle œuvre comme communicatrice dans ses sites internet : 
http://www.ismenetoussaint.ca ; http://www.ismenetoussaint.com
http://www.louisriel.org
 ;  http://www.louisriel.net  


                                                                                ***

Défenseure de la cause métisse, elle a cofondé le 8 mai 2005 le mouvement d’Union métisse Est-Ouest, destiné à rapprocher les peuples métis canadiens-français des Maritimes à la Colombie-Britannique, qui étaient séparés par des siècles d’injustices. Deux ans plus tard, il se concrétisait par la signature de l’Acte d’Union métisse Est-Ouest (voir la rubrique «Un peuple métis libre, une vision, une union : Petit historique de l'Union métisse Est-Ouest» dans le site www.ismenetoussaint.ca).

Adoptée plusieurs fois « Métisse »,  elle a été honorée le 11 mai 2009 pour ses dix années au service du Québec et de la cause autochtone par la section Ludger-Duvernay de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), la plus ancienne organisation politique, patriotique et nationaliste en Amérique du Nord. Le 18 mai de la même année, elle a été nommée Coprésidente des Autochtones métis de la Nation québécoise (CAMNQ) avec Jean Jolicœur, l'un des chefs de l’Alliance Autochtone du Québec (AAQ). Elle s'est également vu attribuer l'épinglette de l'Homme de la Paix de la Ville de Montréal ; le Bâton de parole de la communauté métisse de l'Estrie (Québec) ; et le Bâton de marche d'un organisme métis canadien-français de Winnipeg (Manitoba).

Membre de nombreuses organisations métisses à travers le Canada, dont la Nation Métis Contemporaine (ou communauté de Lanaudière, Québec) et le Clan métis écossais Siol Cudbrigt (les Métis de Cuthbert Grant, fondateur officiel de la Nation métisse en 1816), au Manitoba ; personne-ressource et conseillère, le 21 juin 2011, Jour national des Autochtones elle a reçu à Ottawa, le grade militaire de Major par les soins de l'Association canadienne des Vétérans et membres actifs Autochtones (Canadian Aboriginal Veterans and Serving Members Association) pour « services exceptionnels rendus à la Nation métisse ». Le 16 novembre 2015, l'Assemblée des Patriotes de l'Amérique Française (APAF, Montréal) lui a décerné la Médaille du Patriote dans le cadre du 130e anniversaire de la mort de Louis Riel. 

(Mise à jour : Éric Cartier, communicateur)


 


 

 

 

 

© Association des Écrivains francophones de l'Ouest canadien 


Haut de la page

Administration