Photo

ISMÈNE TOUSSAINT

« LES SECRETS DE GABRIELLE ROY », PAR PAUL GENUIST, JOURNAL LA LIBERTÉ, SAINT-BONIFACE, MANITOBA (1999)

 
Paul Genuist

LES SECRETS DE GABRIELLE ROY

PAR PAUL GENUIST, JOURNAL LA LIBERTÉ (FÉVRIER 1999)

Victoria, Colombie-Britannique, le 5 février 1999 - Un ouvrage de qualité vient tout juste de paraître : Les Chemins secrets de Gabrielle Roy1 d'Ismène Toussaint.

Gabrielle Roy reste l'une des plus grandes figures de la littérature canadienne-française au pays et à l'étranger. Qu'elle soit de l'Ouest, que son inspiration l'ait souvent ramenée aux terres de son enfance, voilà qui accroît l'intérêt que le lecteur de la Prairie porte à l'œuvre considérable qu'elle a patiemment composée, et qui a contribué à révéler l'Ouest au monde entier dans ce qu'il a de plus poétique et de plus humain.

Plusieurs études ont été écrites sur l'œuvre de la romancière franco-manitobaine, et aussi sur sa vie dans l'espoir de dégager dans quelle mesure celle-ci a pu influencer celle-là. Ces temps-ci, Le Monde de Gabrielle Roy passe chaque semaine sur RDI. Dans cette émission, Robert-Guy Scully interviewe ceux et celles qui ont connu la romancière. Or, l'originalité des Chemins secrets de Gabrielle Roy, c'est de combiner à la fois l'essai et l'entrevue. Voie naturelle pour l'auteur, semblerait-il, puisque Ismène Toussaint a une formation universitaire de haut niveau, et qu'elle est aussi journaliste.

En réalité, son travail a dû être une tâche plus ardue et délicate qu'il n'y paraît, car il lui a fallu équilibrer ses propres opinions avec les nombreux témoignages, parfois contradictoires, qu'elle a recueillis au cours des dernières années.

Pour révéler les « chemins secrets » de Gabrielle Roy, l'auteur est allée sur place, au Manitoba. Bien des contemporains de G. Roy (1909-1983) ne sont plus. Ismène Toussaint en a déniché pourtant, et même de nombreux, qu'elle laisse s'exprimer en toute liberté. Il y a les membres proches et éloignés de la famille Roy, les amis, les spectateurs, qui assistaient aux pièces où jouait Gabrielle Roy au Cercle Molière de Saint-Boniface, les camarades de classe, les collègues de travail, et surtout, puisque G. Roy a enseigné plusieurs années au Manitoba, il y a ses anciens élèves issus des milieux ruraux défavorisés du Manitoba des années trente et l'École Provencher de Saint-Boniface. Parce qu'elle est devenue célèbre, et qu'elle s'est parfois inspirée d'eux et de leur vie dans la Prairie, ils ont suivi de loin ses succès.

Aujourd'hui, ils sont fiers d'avoir été à l'origine de certains personnages, tels ce Philippe Cardinal qui, flatté de se retrouver sous les traits du rebelle Médéric, héros de Ces Enfants de ma vie, déclare : « J'ai travaillé fort pour m'en sortir, et ma récompense sur cette terre, c'est peut-être d'avoir été immortalisé par l'un des plus grands écrivains canadiens de ce siècle. Simple gérant de bar dans la vie de tous les jours, je suis, dans le domaine de l'imaginaire, ce cavalier au grand cœur qui fait rêver des milliers d'enfants dans le monde : Médéric-le-Magnifique. » (p.129).

N'allons pas croire que tous les interviewés font un éloge systématique de la romancière. Pas du tout, cet ouvrage n'a rien d'une hagiographie. Les témoignages de la redoutable Marie-Anna, vue comme la « sœur ennemie » de Gabrielle, témoignages jugés comme les plus importants par Ismène Toussaint, ouvrent et closent l'ouvrage. Certains amis de jeunesse, parce qu'ils s'étaient peut-être trop attachés à la future romancière, se sont sentis reniés par elle une fois qu'elle a quitté le Manitoba. D'autres lui reprochent de les avoir oubliés dans ses romans, nouvelles ou son autobiographie ; d'autres encore contestent la véracité des événements rapportés ou des lieux décrits. Ismène Toussaint les laisse parler, car son rôle, dit-elle, n'est « ni d'accuser ni de défendre Gabr ielle Roy » (p.198). Elle ne peut s'empêcher d'ajouter que lui «a toujours paru vain, en matière de création littéraire, le débat entre vérité et fiction » (p.279).

Grâce à tous ces témoignages, c'est, au fil des pages, le portrait de Gabrielle Roy qui se précise, portrait qui n'est pas imposé par l'auteur, mais que construit chacune des petites touches personnelles qu'apportent ces gens qui l'ont connue.

Ainsi s'enrichit le volume de détails qui parfois se recoupent, nous offrant l'image d'une Gabrielle Roy à la personnalité complexe : « (...) on se rend compte, conclut Ismène Toussaint, qu'elle est un véritable tissu de contradictions qui, tour à tour, amuse, déçoit, surprend, émeut, exalte et choque ». (p.236)

En refermant ce livre, qui se lit avec facilité, le lecteur a l'impression d'avoir assisté et participé à de grandes retrouvailles ou sont réunis tous ceux qui, au Manitoba et ailleurs, ont connu, à un moment ou l'autre de leur vie, Gabrielle Roy.

Article paru dans La Liberté du 5 au 12 février 1999, Saint-Boniface, Manitoba

NOTES

1. Ismène Toussaint, Les Chemins secrets de Gabrielle Roy - Témoins d'occasions, Stanké, Montréal, 1999, 289 p.

2. Paul Genuist, Marie-Anna Roy, une voix solitaire, les Éditions des Plaines, Saint-Boniface, 1992, 178 p.

                                                            
                                                                        Édition originale (1977)

 

 

 

© Paul Genuist - La Liberté -
Photo : radio-canada.ca -


Haut de la page

Administration